Nous sommes le Samedi 14 Décembre 2019 20:23

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Vendredi 02 Août 2019 19:01 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé

Enregistré le: Dimanche 20 Août 2017 11:37
Messages: 169
Localisation: GENAY
Après le teaser, le voilà enfin.
Seule rilliette sur la course, il y aura qu'un CR à lire donc je l'ai fait très long (c'est aussi pour compenser la course qu'ils ont décidé de raccourcir ces enfoirés :mdrire: )

Bonne lecture

Le commencement

Tout a commencé il y a plus d’un an, la veille de mon premier 70.3 à Aix où mon pote Dany de Marseille me dit le soir « tu verras, demain soir, tu n’auras qu’une envie : faire un ironman ». « Jamais de la vie, trop dur pour moi » je lui ai répondu de suite
Evidemment, le lendemain soir après la course, il me dit mort de rire « tu te rappelles ce que je t’ai dit hier ? alors, cet ironman, tu choisis lequel ? ». Et là, pas d’autre réponse que « purée t’avais raison, tu fais chier ». :biggrin:

Après une petite revue des IM possibles, mon choix s’est vite porté sur Nice. Du dénivelé mais pas trop, une bonne renommée, une date qui convient par rapport aux vacances prévues en thailande en février pour le plan d’entraînement et qui permet de profiter de l’été.
Lors du séjour à gérardmer entre Rilliettes, Greg TDI est partant pour le faire avec moi (c’est pourtant pas faute d’avoir été harcelé par toute la bande des Alpsmen pour qu’il les rejoigne mais il a tenu bon :biggrin: : content de pouvoir partager avec une rilliette
Je m’inscrirai définitivement juste après la réunion de rentrée du club : je me sens alors plus léger, çà y est, maintenant plus possible de reculer

L’objectif est là et au niveau motivation je fonctionne surtout à l’objectif. Alors je commence déjà à farfouiller sur le net, discuter avec les rilliettes pour réfléchir à ma préparation.
Je réserve illico presto l’hôtel : idéalement placé à 300m du départ

La Prépa

Je décide très vite de reprendre le programme d’entraînement que j’avais suivi l’année dernière pour mon premier half et qui m’avait bien plu et réussi mais cette fois au format IM : 20 semaines de prépa (je le conseille pour les rilliettes qui feront leur premier IM, plutôt bien pensé, facile à suivre et flexible)

Avec les contrainte du boulot et les déplacements, je sais très vite que ce sera difficile de faire les séances de natation et CAP du club. Du coup, je m’organise pour nager le midi au boulot (bassin de 50m à Montceau) et je cours le soir en rentrant. Je me dis que çà fera un peu plus de temps aussi à la maison avec Séverine.

La semaine 1 du« vrai » plan d’entraînement, c’est début février mais évidemment faut s’entretenir jusque là mais d’octobre à février, çà va pas se passer comme je l’imaginais.

Mal de dos (hernie discale) qui apparaît en octobre et qui persistera longtemps + toujours cette périostite qui me fait mal depuis un an : je vais devoir faire l’impasse sur la course à pied pendant un moment.
Du coup, beaucoup de vélo et surtout des séances de home trainer pendant l’hiver devant la TV à mater des séries (c’est trop chiant sinon le home trainer)

En décembre, je commence à douter pas mal car malgré séances de kiné, toujours mal au dos et je dois faire une infiltration guidée sous scanner au niveau des lombaires pour tenter de guérir l’hernie discale. Je me dis que je tiendrai jamais pendant 6 mois…

L’infiltration me fera du bien et je peux commencer à courir de nouveau en janvier : plus mal au dos et plus de périostite

Début février, Greg m’apprend qu’il reporte à l’année prochaine : je serai la seule Rilliette à Nice, eh merde moi qui me faisait une joie de pas être seul (tkt je t’en veux pas Greg :wink: ), en mode un peu triste pendant quelques jours

Puis c’est les vacances en Thailande en famille la deuxième quinzaine de février, juste après la semaine 1 du plan d’entraînement : je mets de côté le triathlon pendant deux semaines pour profiter, de toute façon il me restera encore 4 mois. Je ferai juste une natation en mer pour le plaisir, une séance de hometrainer avec vue sur la mer et une CAP sur la plage de Phuket : trop bien !!!!

Le lendemain de mon retour de Thailande, je vais trottiner pendant une demi heure à un rythme super lent juste pour le plaisir et là c’est la tuile : sorti de la douche, super mal sur le dessus du pied au niveau des métatarses quand je marche. C’est pire le lendemain matin. Tous les symptômes d’une fracture de fatigue !!!!
Du coup, de nouveau pas possible de faire des séances de CAP.
Je pense sérieusement à faire comme greg et reporter à l’année prochaine mais j’en ai vraiment pas envie
Pas de rupture de fatigue détectée à la radio : oufff
Trois semaines de repos plus tard, la douleur est partie au fur et à mesure : une séance test de CAP me rassure complètement. Il me reste 3 mois, c’est toujours jouable.

A partir de ce moment, tout va rouler au niveau santé. A part une chute en vélo lors du retour avec Greg d’une sortie dans les Monts d’Or entre rilliettes (je crois que Greg a eu plus peur que moi :lol: ), plus de bobo.

J’enchaîne les entraînements les uns après les autres en respectant scrupuleusement le plan : pas facile tous les jours entre les déplacements et la météo mais j’ai compris que c’était le quotidien du triathlète :lol:

Quelques sorties entre rilliettes dans le beaujolais ou les Monts d’or, le parcours long de l’octocote tout seul, la castellane entre rilliettes : A part ce putain de vent qui m’aura bien saoulé pendant les sorties vélo jusqu’en mai, je prends de plus en plus de plaisir à être sur le vélo. Je suis plutôt content de mes progrès en endurance et en allure en dénivelé. J’ai même plus mal au cul pendant les sorties longues.

Le POLAR Cannes fin avril est une bonne répétition et un bon premier bilan : je l’ai choisi pour pouvoir nager en mer (une première pour moi) et pour le parcours vélo (2000 m de dénivelé sur 100kms, à peu près comparable à Nice où les 2000 m de dénivelé sont faits sur les 120 premiers km)
La météo est très incertaine mais çà ira finalement
Cà se passe bien en natation et la mer ne m’a pas gêné par rapport au lac ; en vélo, je sens que j’ai progressé et je passe le dénivelé sans trop souffrir ; par contre, je sens en CAP que je suis pas assez préparé à cause de toutes ces interruptions avec les blessures.
Et de nouveau les doutes : comment je vais faire un marathon alors que j’ai déjà du mal à courir 16kms avec 70kms de moins de vélo par rapport à Nice ?
Heureusement que les rilliettes m’envoient que des ondes positives : je vous dis pas combien de fois j’ai entendu « t’inquiète pas, çà va passer » :biggrin:

La semaine suivante, c’est la grande déception : je dois renoncer au STTR à la dernière minute, la faute à un noyer tombé en plein milieu de mon jardin la nuit à cause de la tempête. Eh merde, je vais devoir faire mon Charles Ingalls au lieu de m’éclater au STTR… :cry:

Il reste 2 mois avant le jour J. Les semaines d’entraînement s’enchaînent jusqu’au jour J et çà devient de plus en plus compliqué à s’organiser entre le boulot la semaine et les sorties vélo de plus en plus longues les samedis et dimanche.

J-21
, je vais faire la reco du parcours vélo. Me retrouve seul à l’hôtel un samedi soir : c’est vraiment con la vie de triathlète…
Je rencontre pas mal de gens sur le parcours qui font la reco aussi.
Reco nickel avec une météo idéale sauf un orage que je me prends juste avant la longue descente de retour sur Nice : en mode stressé pendant la descente sur route mouillée
Je ressors de la journée plein de confiance : çà va le faire, j’ai presque pas mal aux jambes.

Je passe la dernière grosse semaine d’entraînement : je sens que je suis bien en forme, même en CAP où j’ai bien rattrapé le retard du début de prépa.

Les deux dernières semaines sont très cool mais alors très longues à passer : le mal de dos qui revient, la réflexion sur la gestion des ravitos entre alimentation et boisson énergétique, les temps de passage, les allures, etc…
Vélo en révision pour prendre aucun risque : il fallait le faire car changement d’un pneu, changement chaîne et cassette
J’ai tout retourné dans tous les sens pendant ces deux dernières semaines pour penser à tout et tout planifier : on se refait pas, c’est mon côté chiant…
Mais tout est prêt. Sauf incident mécanique en vélo, tout est prévu et minuté lol (le dénivelé vélo avec des repères pour chaque montée à scotcher sur les prolongateurs, j’ai même préparé un petit papier à mettre dans la poche avec les temps de passage vélo tous les 20kms en me basant sur temps de la reco améliorés)

Un seul hic qui n’était pas prévu : la canicule. Je savais qu’il ferait chaud mais là ils prévoient du 40° ressenti 45 !!!!! çà me fait évidemment douter sur ma capacité à être finisher dans ces conditions mais je n’ai rien à faire à part gérer comme je peux une fois lancé
En fait, j’ai qu’une crainte vu tout le tapage média qui est fait, c’est qu’ils annulent la course. Tous les jours de la dernière semaine, je redoute de recevoir un mail de l’orga qui dit que c’est annulé. Le vendredi arrive enfin et je me dis que cette fois, c’est trop tard pour annuler vu l’organisation, la plupart des triathlètes sont déjà arrivés sur nice dont beaucoup de très loin.

J-2
Après avoir préparé les bagages, parcouru toute ma check list, on est prêt à partir avec Séverine.
Un petit regret que ma fille et mon fils ne puissent pas finalement être avec moi dimanche pour m’encourager. Ils en avaient vraiment envie mais peuvent pas se libérer
Arrivée en fin d’après-midi à Nice
Hotel super bien placé et blindé de triathlètes italiens.
Je file récupérer dossard et sacs de transition et fais le petit repérage d’usage : RAS
Direction le briefing : je n’y vais pas habituellement mais là vu que c’est mon premier IM et vu la canicule, j’y vais pour voir si mesures particulières annoncées pour les ravito, points d’eau pendant CAP,… et aussi savoir si la combi sera autorisée car on est proche de la température limite sur les sites de météo marine
J’arrive 15mn en retard et quand j’arrive, j’entends les gens râler. Je pense qu’ils viennent d’annoncer que ce sera sans combi pour la natation et me dis que çà va être plus fatigant mais bon çà va aller quand même. Et là, j’entends le speaker dire que le préfet ne leur a pas laissé le choix : et merde ils ont annulé la course, reporté à quand , comment je vais m’organiser pour revenir??
Je demande à mon voisin et là la douche froide : ils ont raccourci l’épreuve à 154kms de vélo et 31kms de CAP, en enlevant que du plat sur le parcours vélo
Je suis effondré : même si je finis, je n’aurai pas fait un IM mais un presqu’IM. 6 mois d’entraînement, des sacrifices pour finalement pas pouvoir atteindre mon but.
Je suis au fond du trou en 5mn à peine. Je ne suis plus motivé du tout et envisage carrément de pas faire la course, j’en vois plus l’intérêt. Je partage l’info avec quelques rilliettes et des amis. Ils ont beau me dire que c’est sans doute plus prudent vu les conditions, que ce sera de toute façon un vrai IM vu la chaleur, etc…
Qu’ils annulent ou qu’ils fassent un Half IM, ou qu’ils enlèvent du dénivelé en vélo, j’aurais compris mais là c’est pire que tout : 20kms de plat en moins en vélo, çà change rien à part arriver 1h plus tôt donc encore plus chaud en CAP. Et 11kms de CAP en moins, ok ce sera moins dur mais c’est pas çà qui fera la différence en terme de risque, ceux qui en seront au 31ème km, tous ceux-là sont bien préparés et pas des kamikazes…
Je rentre à l’hotel et suis toujours en mode dégoûté, frustré, plus envie… :angry: :angry:

Resto avec Séverine où le sujet occupe tout le repas et où elle doit supporter ma mauvaise humeur, la pauvre…
On verra demain, la nuit porte conseil

J-1
C’est décidé : même si je supporte toujours pas cette décision purement politique, je vais faire la course.
En même temps, je fais le malin mais peut être que j’arriverai pas à finir même si c’est raccourci
Petit déjeuner sympa dans les rues piétonnes, repas du midi léger en terrasse
Je dépose mon vélo et mes sacs de transition à 14h : il fait très chaud en plein soleil dans le parc à vélo, je ressors dégoulinant de sueur alors que j’ai fait aucun effort, j’ai pensé à dégonfler mes pneus pour pas qu’ils explosent en plein soleil
L’après-midi, on part en voiture pour reconnaître la partie du parcours vélo entre Coursegoules et Gattières qui est tout en descente technique et que j’avais pas pris lors du parcours reco parce que je m’étais planté de route
Repas du soir au resto à 19H30 pour pas se coucher trop tard
Retour à l’hôtel à 21h30
Cà y est, on y est, c’est demain

Jour J
Lever à 3h30 ouahhhh çà pique
Surtout que j’ai pas réussi à m’endormir avant 1h du matin. J’espère que je vais pas le payer en fin de course
En descendant au petit déj, je découvre que mes potes du basket viennent de m’envoyer des messages vidéo sur What’app il y a même pas 5mn : barbecue bien arrosé, ils sont encore debout et bien entamés :mdr: (voir une vidéo au réveil à 3h30 avec des mecs qui te montrent leur cul, c’est pas commun :mdrire: ). Je suis mort de rire et je revois encore la tête des italiens au petit déj à moitié endormis qui me prennent pour un fou

Pas facile de manger si tôt mais je me force.
Retour dans la chambre : je mets les stickers, m’habille et c’est parti : 4H45
Il fait déjà chaud même s’il fait encore nuit
Le parc à vélo vient d’ouvrir, pas encore trop de monde : vélo gonflé, quelques barres énergétiques fixées sur le cadre en plus de tout ce que j’ai déjà dans la sacoche de cadre : tout est paré
Un petit détour par un troquet pour un dernier po-po

Il est 5h45 : plus qu’à mettre la combi et attendre le départ, j’ai qu’une envie maintenant, que çà démarre
Bisou à Séverine et je pars m’échauffer : l’eau est bonne, rien à voir avec les 14 degrés du POLAR de cannes en Avril
Je me place dans le sas de -1H10 (je vise 1H12 mais je préfère toujours être dépassé que être gêné dans ma nage par ceux devant qui iraient moins vite que moi) et y a plus qu’à attendre.
Beaucoup d’ambiance au départ, bien aidé c’est clair par un animateur qui harangue la foule et les participants à tout va

Natation
Le départ en rolling start est différent de celui de l’année dernière à Aix en provence : c’était départ à 6 de front avec 5 secondes d’écart entre chaque vague, là c’est départ à 6 de front mais sans temporisation donc çà bastonne quand même un peu au départ mais rien à voir avec un départ en masse.
Je trouve rapidement mon rythme. Mais je sens quand même la différence avec le rolling start de Aix. Autant j’avais pas du tout été gêné pour nager, là je trouve qu’il y a sans cesse des pieds devant, des mecs derrière, sur les côtés. Cà bastonne pas mais c’est pas non plus la nage tranquille.
J’ai réglé ma montre pour qu’elle vibre tous les 500m mais je ne la sens pas vibrer : pas grave, en fait je ne me préoccupe pas du temps et le parcours est tel qu’on sait à chaque virage où on en est au niveau distance.
Je nage à mon rythme et je verrai bien. Première grande boucle terminée, çà va.
Une seule frayeur : un gars m’a mis une beigne et a bien cogné mes lunettes ; j’ai vraiment eu peur qu’elles soient cassées alors que j’étais à peine à la moitié. Plus de peur que de mal
La deuxième boucle est plus courte : les écarts ont commencé un peu à se faire entre les concurrents et j’ai un peu plus de place pour nager.
La fin approche et je commence à me projeter vers la T1
Sortie de l’eau, je titube un peu pendant 10secondes le temps que mon cerveau réactive le gyroscope. Aucune idée du chrono, je regarde ma montre : 1h12.
Super content, exactement le double de mes temps de Half alors que j’ai géré tout le long pour pas être essouflé afin de me préserver. C’est vraiment mon rythme de croisière et çà vaut pas le coup de forcer plus pour gagner 2 minutes au bout

T1
Un petit passage sous la douche en sortant de la mer pour se rincer
Je prends mon temps pour me changer, me sécher car pas envie d’oublier un truc ou d’être pas à l’aise sur le vélo, y a quand même plus de 6h à faire
Je me mets de la crème solaire et la dame bénévole me propose de m’aider pour m’en mettre dans le dos. C’est sympa. Ah ouais mais c’est sans compter sur l’arbitre qui déboule de nullepart : c’est interdit, çà peut être carton jaune, etc etc… J’ai rien demandé moi. Heureusement il a vu la scène et en fait il engueule la bénévole plutôt que moi. Ouffff
Mon emplacement est au bout du parc à vélo donc du chemin à faire. Je cours donc les chaussures à la main jusqu’à mon vélo et c’est parti

Vélo
Je pars confiant car je connais le parcours. Seules incertitudes, la chaleur et la peur de la crevaison. J’ai pas crevé depuis un bail déjà et j’ai la hantise que çà m’arrive ce jour là. Tous mes repères de temps de passage sont faux avec les 20kms en moins qui changent déjà un peu le parcours au 15ème km. Je vais devoir recalculer au fur et à mesure.
Je croise Séverine qui m’encourage : à tout à l’heure ! (enfin dans 6h au moins quand même :lol: )
A peine 3 kms de fait, un mec qui a crevé et juste après, un gars qui a chuté lourdement avec les bénévoles autour de lui, apparemment à cause d’un trou dans la chaussée qui est maintenant balisé : je psychote encore plus…

Premier ravitaillement après 15kms de plat sans trop de vent : j’ai prévu de sécher le premier ravito car encore largement de quoi faire en boisson énergétique jusqu’au prochain. Je prends juste une bouteille d’eau sans m’arrêter

La montée à Gattières est beaucoup plus facile que le parcours initial car il n’y a plus ce mur de 200m à 18% mais une montée régulière. Bien géré le premier petit dénivelé.
Direction la montée du Col de l’Ecre. D’abord long faux plat vers Vence puis descente. Je regrette pas du tout d’avoir fait la reconnaissance, çà m’aide carrément dans la gestion de la course.
Je respecte à la lettre ma stratégie d’alimentation et d’hydratation : 1 demi barre énergétique toutes les 30mn et 3 gorgées d’énergie toutes les 15mn
Deuxième ravito : il commence déjà à faire chaud. Je remplis mes bidons d’eau et déballe mes dosettes « fait maison » de poudre énergétique pour les vider dans la gourde. Le bénévole me regarde bizarre, c’est vrai que çà fait un peu sachet de drogue cette poudre blanche dans un petit emballage sous vide. :gratte:
Vu la chaleur, je décide d’adopter une nouvelle stratégie à chaque ravito en plus de refaire le plein de mes gourdes : boire un peu d’eau à chaque ravito, s’asperger la tête et le corps avec une bouteille d’eau et emmener dans la trifonction une bouteille d’eau pour s’asperger si besoin entre les ravitos
En route vers le col de l’Ecre
Première partie jusqu’à Gourdon : j’ai les jambes mais il fait chaud déjà donc je gère
A Gourdon, après le ravito, une fan zone où des dizaines de spectateurs le long de la route m’encouragent pendant 200 à 300 mètres : super ambiance qui me rappelle celle de Gérardmer.
Là c’est le moment de vérité : j’avais souffert lors de la reco dans cette portion entre Gourdon et le col de l’Ecre qui m’avait paru interminable et où j’avais pas de jambes. Là, avec la chaleur, je sais pas ce que va donner.
Peut être l’effet de connaître le parcours, ou le bénéfice du plan d’entraînement, ou l’excitation de la course ? Je galère pas du tout malgré la chaleur. J’ai chaud mais j’ai les jambes et je me sens bien mieux que lors de la reco.
C’est pas le cas pour beaucoup d’autres : il fait très très chaud et certains grimpent à pied, d’autres s’arrêtent à l’ombre pour reprendre des forces et se cacher du soleil, d’autres abandonnent…
J’arrive en haut du col super content et sans avoir trop puisé
Je calcule vite fait par rapport à mes temps de passage et je suis un peu en avance
Content le Bertrand à ce moment là. :onfire:
Le plus dur est passé pour le vélo ; reste la côte de Saint Pons mais rien à voir avec le col de l’Ecre.
Jusque Gréolières, descentes simples et plat : toujours les jambes mais je force pas.
Côte de Saint Pons : je me dis que j’avais bien géré lors de la reco, pas de raison de changer. Sauf qu’il y a la chaleur en plus cette fois. J’avais souvenir que c’était plus ombragé mais en fait non, c’est parce que lors de la reco, c’était couvert juste avant l’orage. Là, je soufre vraiment de la chaleur et du soleil qui cogne. Je m’asperge avec la bouteille emmenée au dernier ravito, avec le recul je pense que j’aurais eu un gros coup de chaud sans cette bouteille d’eau et sans doute une défaillance.
En haut de Saint pons, au niveau des temps de passage, toujours pas trop mal mais un peu en retard maintenant (5mn) ; la chaleur m’a un peu ralenti entre le col de l’Ecre et Saint Pons
Je sais que cà y est le dénivelé est derrière moi ou presque. Reste à gérer la descente et le retour sur Nice le long du Var.
La descente vers Gattières est plus technique et là encore, merci la reco de la veille en voiture
Pendant ces 50 derniers km, je vais pas pouvoir m’empêcher de penser à la chute ou la crevaison…
Mais je vais rallier la promenade des Anglais sans encombre.
Derniers kms et je me projette vers la CAP : y a plus de raison de pas finir.
Je commence à faire des calculs de temps final et me mets à rêver. Mais la vue des coureurs sur le parcours de la CAP me ramène à la raison : aie aie aie ils ont l’air de souffrir, arrête de te projeter sur un temps mais déjà pense à finir.

T2
J’arrive vers 14H30 avec une température avoisinant les 41°. Il fait une chaleur à crever, plein cagnard sur le parc à vélo.
J’enlève les chaussures une fois le vélo posé pour rallier l’aire de transition : çà me brule presque la voute plantaire malgré les chaussettes
Il n’y a plus d’air amené par la vitesse en vélo : je me change en plein soleil et j’ai l’impression de griller.
Malgré çà, je prends mon temps pour bien enfiler les chaussettes pour éviter les ampoules, casquette. Crème solaire. Un peu d’eau avant de sortir de l’aire de transition et un petit pipi.

CAP
Je guette les signes lors du premier km: pas mal aux jambes, pas mal au dos, chaud mais çà va
Séverine m’encourage : je vois qu’elle a chaud, je sais même pas si elle a pas plus chaud que moi encore. A attendre sans rien faire avec cette chaleur. Décidément, l’année dernière c’était le froid, la grêle et le vent pour elle. Là , la canicule…
Premier km en 5mn30 : beaucoup trop vite. Faut que je ralentisse.
Premier ravito : comme prévu , un gobelet de boisson énergétique et c’est tout.
Ils ont installé des portiques de douche entre chaque ravito. Je m’étais pourtant dit que je n’y mettrai pas les pieds (c’est le cas de le dire) car sinon chaussures mouillées = pieds mouillés = ampoules assurées. Mais vraiment trop chaud. Alors je ne mets que la tête sous la douche et trempe ma casquette mais les pieds sont mouillés quand même. Tant pis pour les pieds. Cà fait vraiment du bien. Mais malheureusement pas longtemps. Il fait tellement chaud que 3mn après, la casquette semble sèche et plus aucune sensation de fraîcheur sur la tête.
La première boucle de 10kms se passe plutôt bien : j’ai pas mal aux jambes, j’ai chaud mais je supporte avec les douches intermédiaires et je tiens le rythme que je veux.
De gros encouragements de Séverine, je lui fais signe que çà va pour l’instant.
Mais à partir du 12ème, je commence vraiment à souffrir de la chaleur. J’ai beau me rafraîchir avec les douches, j’ai de plus en plus chaud. Je me laisse arroser par tous les spectateurs qui me le proposent. Un grand merci à eux.
Mentalement, je commence à penser à marcher mais je me persuade que je n’ai pas le droit : d’abord j’ai déjà fait un marathon sans marcher, après je n’ai jamais marché sur les half ou la CAP était plate et puis j’ai les jambes. Je me fixe alors comme objectif de finir la deuxième boucle sans marcher.
Mais le parcours 100% au soleil sans zone d’ombre me fait très mal. Juste avant le 15ème, j’ai un gros coup de moins bien à cause de la chaleur : très chaud à la tête. Les douches ou les spectateurs qui m’arrosent n’y font plus rien ou presque.
Je craque et je marche juste avant les 15kms : eh merde…
Arrivé au ravito, je plonge carrément la tête dans la bassine tellement j’ai chaud.
J’arrive pas à me remettre à courir : çà me saoule car j’ai pas mal aux jambes.
Par contre, commence à avoir mal au bide genre « va falloir vite trouver des toilettes » : c’est bien un gros coup de chaud
Cà va un peu mieux après le passage aux toilettes. J’ai marché pendant 3kms quand même en trottinant quelquefois mais vraiment très peu.
Je commence à me dire que je vais peut être pas pouvoir finir alors que j’ai pas mal aux jambes, çà me mine encore plus
Du coup, je me fais violence et me remets enfin à trottiner plus longtemps. On peut pas vraiment parler de foulée mais je ne marche plus.
Je croise Séverine et je vois bien à son attitude qu’elle se rend compte que je suis dans le dur. Je tiens jusqu’à la fin de la deuxième boucle en trottinant et au demi tour pour entamer la dernière boucle, je crie un bon coup « allez bouge toi !! ».
A l’entame du dernier tour, je recroise Séverine qui me dit que les gars du basket me suivent en live et s’activent sur le What’sApp basket : çà me redonne le moral
Le ciel se voile et, même s’il fait toujours aussi chaud, le soleil ne cogne plus sur la tête. Je commence à avoir un peu moins chaud.
Du coup, je me remets à courir en ayant presque un semblant de foulée et je ne marche plus. Je tiens en alternant trottiner et courir jusqu’au 25ème km.
Puis j’alterne à nouveau marcher et trottiner entre le 25ème et le 28ème car de nouveau très chaud.
Au 28ème km, beaucoup plus de monde qui encourage, çà me remotive à courir, je ne marcherai plus jusque la fin et je sais que je vais finir, c’est sûr.
Dernier km : je retrouve une foulée correcte (enfin presque) et je ne trottine plus. La ligne d’arrivée approche. J’accélère même pour passer un groupe de futurs finishers en pensant à la photo finish où il faut que j’essaye de passer la ligne seul et pas caché derrière un groupe.
Ca y est, la tribune d’arrivée. J’aperçois Séverine (merci le tissu multicolore :biggrin: ). Je lui fais un signe pour lui montrer que c’est aussi sa victoire à elle vu tous les efforts faits pendant 6 mois (y a fallu que je lui explique après la course car elle avait rien compris à mon geste :biggrin: )

Je savoure les 30 derniers mètres comme jamais
« You are an ironman » :onfire:
Dire qu’il y a deux ans, je me mettais au triathlon. Et vu les conditions, je suis pas frustré et n’ai pas le sentiment d’être un presqu’Ironman. C’est ce que je redoutais le plus quand j’ai appris qu’ils raccourcissaient la course : la frustration.

L’après course
La médaille, la photo, le teeshirt de finisher
En zone afterfinish avec Séverine pour profiter de l’instant en se posant un peu
Une bière bien savourée après un mois de sevrage (mon autre exploit jamais réalisé : un mois sans alcool. Et pour un ch’ti, c’est un véritable exploit :mdr: ) et une petite collation
Un massage des jambes

Je récupère le vélo et mes affaires puis en route vers l’hotel
Douche
Un restaurant et deux bières plus tard (faut bien rattraper le temps perdu :biggrin: ), dodo à 23h30

Quel plaisir le lendemain matin de lire tous les commentaires sur Facebook, What’app basket, les félicitations de tous : merci à tous

Et quel honneur d’avoir été l’objet d’un suivi live sur le forum alors que je suis le seul participant : merci les Rilliettes !!!

Conclusion

Rien n’est impossible, c’est un des slogans de l’Ironman : c’est vrai, jamais je ne m’en serai cru capable il y a deux ans

Ces 6 mois ont pas été des plus faciles mais on apprend beaucoup sur soi

Fier d’être finisher et satisfait de mon temps vu les conditions : mon objectif caché de 14h00 était atteignable en conditions normales, faudra remettre çà pour le vérifier

Mais ce sera pas en 2020 : l’année prochaine, pas d’objectif. En fait, j’en ai un quand même : profiter des entraînements et sorties entre rilliettes contrairement à cette année

Et on verra en 2021 si je remets çà pour quand même en faire un entier…

PS : Si vous hésitez encore à m’appeler biloute, j’ai une autre idée.
Vous pouvez m’appeler Météoman : entre les conditions météo l’année dernière à Aix et celles de cette année à Nice, ç’est plutôt approprié.
Je vous laisse choisir et laisse la personne habilitée à changer mon pseudo sur le forum.

_________________
_________________
2017 : S Saint Pierre d'Albigny
2018 : 70.3 Aix en provence - XL Gérardmer - M Aix les bains
2019 : XL Polar Cannes - IM Nice


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Vendredi 02 Août 2019 19:57 
Hors ligne
Triposteur professionnel
Triposteur professionnel
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Dimanche 22 Septembre 2013 21:21
Messages: 769
Super CR Biloute / Météoman ! :lol: Vu les conditions, même raccourcie, je pense que cette course était vraiment un gros morceau.
Personnellement je trouve que les températures caniculaires sont très difficiles à gérer, donc encore un grand bravo à toi d'être allé jusqu'au bout et de n'avoir rien lâché ! C'est énorme pour un premier longues distance, qui plus est en solo :bigups:
A bientôt sur les sorties Rillettes et bel été à toi !
:trinque2:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Vendredi 02 Août 2019 21:18 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mardi 28 Janvier 2014 16:45
Messages: 424
Superbe ce CR, ça vaut (presque) ceux de Mekitrun :onfire: !!! En tout cas, chapeau d'avoir été au bout de cette course vu les conditions caniculaires. C'est sûr que ça vaut bien un IM sous conditios normales :12sur10:

_________________
2020: M'ENFIN!? Nice Together....


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Vendredi 02 Août 2019 21:19 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mardi 28 Janvier 2014 16:45
Messages: 424
PS : il se murmure qu'un nombre conséquent de Rilliettes se serait donné RDV à Nice en 2020: pas tenté ? :razz:

_________________
2020: M'ENFIN!? Nice Together....


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Vendredi 02 Août 2019 22:16 
Hors ligne
Triposteur habitué
Triposteur habitué

Enregistré le: Samedi 09 Mars 2019 9:46
Messages: 72
Ahhh on l'attendait ce fameux CR de Biloute !!
On a bien fait d'attendre, plein d'émotions à te lire et BRAVO malgré ces conditions climatiques (et je sais de quoi je parle en affrontant cette chaleur tous les jours au boulot).
Hâte de te revoir aux entrainements.
Bonnes vacances !!


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Samedi 03 Août 2019 5:18 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé

Enregistré le: Vendredi 17 Février 2017 23:30
Messages: 200
Très bon CR Bertrand........ Ça donne envie pour l’année prochaine et en même temps, le chemin va être long jusqu’à l'arrivée..... bonnes vacances et à bientôt sur les routes d’entraînement....

_________________
2017 : Triathlon M Nice
2018 : Polar Cannes International / M Alpe d’huez
2019 : IM 70,3 Aix en Provence / IM 70,3 Vichy
2020 : ? Inscrit sur IM Nice


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Samedi 03 Août 2019 8:29 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Jeudi 04 Mai 2017 20:30
Messages: 372
Respect, t'as géré mon Biloute


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Mardi 06 Août 2019 7:54 
Hors ligne
Triposteur Km 1
Triposteur Km 1
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Dimanche 30 Octobre 2011 13:52
Messages: 1356
:12sur10:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Jeudi 08 Août 2019 23:53 
Et ben... ça valait le coup de prendre le temps de le lire ton CR. Quelle prepa avec ce gros problème au dos, grosse prise de risque mais évacuée juste au bon moment. Super perf sous cette chaleur et c est trop bon de lire ta joie ressentie en passant la ligne. Avec ce que tu as connu là, tu es prêt pour la Badwater, maintenant !


Haut
  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: CR Ironman Nice - enfin!!!
MessagePosté: Lundi 12 Août 2019 16:17 
Hors ligne
Triposteur Km 3
Triposteur Km 3
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mardi 02 Octobre 2007 19:52
Messages: 3126
Bravo Bertrand, une belle aventure et un beau CR, comme tu le dis très justement, dans ce genre d'épreuve on apprend beaucoup sur sois même, peu importe que le parcours ait été raccourci de quelques kms, tu es finisher dans des conditions extrêmes grâce à ta préparation et aux ressources que tu as sur trouver, une première finish line sur IM c'est toujours un gros moment d'émotion !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 27 invités


Vous pouvez poster de nouveaux sujets
Vous pouvez répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous pouvez joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com