Nous sommes le Jeudi 19 Juillet 2018 11:01

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: CR 70.3 D'AIX - l'enfer du sud
MessagePosté: Lundi 14 Mai 2018 21:46 
Hors ligne
Triposteur Km 2
Triposteur Km 2
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 19 Janvier 2009 23:50
Messages: 2243
Premier CR de la saison.

Première participation à un label I.M. impressionné par le nombre de participants 2 400 au départ. C'est tout de même quelque chose.
Cela donne une bonne ambiance générale.

a matinée commence bien fond de l'air doux, pas de vent. Mais le sujet du jour la météo, quand pleuvra-t-il, les rafales de vent, comment s'habiller. Les speaker minimises la mauvaise météo annoncée. En effet comment imaginer le déluge à venir dans une ambiance si douce et des avis météo qui n'ont pas arrêté de changer toute la semaine.
On se retrouve avec Nicolas, Cricri et Gregos pour se préparer, puis on s'avance vers le départ natation et le fameux rolling start, départ par vagues de 6 toutes les 8 sec.

Natation :
Je perds les autres Rillettes et me positionne dans le sas des 39 mn. On avance doucement. Je tombre sur Florent un athlète du stage de Salou. Au bout d'une petite quarantaine minute c'est notre tour de partir. Natation posée, pas de coups, presque agréable. Je tente de suivre quelques pieds mais les trajectoires divergent ou le rythme est trop bas. Je ferai au final une bonne partie de la natation plus ou moins isolé.
Transition correcte

Vélo

Parcours réputé difficile, aussi je démarre prudemment. Je double pas mal de concurrents. Mais comme mon cardio ne se synchronise pas, je crains d'aller trop vite Crici dirait il faut un capteur de puissance! Au bout d'une quinzaine de minute çà y est mon cardio se synchronise, je suis en allure IM et non half. J'accélère un peu, le parcours est bien, reste roulant malgré le D+. Je prend du plaisir malgré la petite pluie qui tombe. Je double des paquets de coureurs presque en peloton. Dans une descente sinueuse je double énormément de concurrents debout sur les poignées de frein. En définitive une Rillette lambda comme moi n'est pas si mauvaise ... Au pied de la sainte victoire le ciel devient noir, la pluie tombe, puis la grêle, le vent souffle en bourrasques, les routes se transforment en ruisseaux ... dur dur. Heureusement j'avais ma veste de pluie dans le sac de transition; elle m'aidera bien ainsi que les gants long.
Le plus dur devient descendre dans le froid, le vent. Les 20 dernièrs KM s'annoncent très durs. Dans une descente très pentue un concurrent qui n'a plus de freins, me fauche littéralement. 4 fers en l'air, main douloureuse, cocôtes tordues. Merdouille le retour va être très très dur. JE croise des concurrents arrêtés sur les bas côté, les ambulances tournent. Le retour se fera en mode survie sous la pluie battante, le rythme est forcément faible pour ne pas avoir trop froid. Entrée dans AIX, accueil par le fan club des Rillettes. Ca fait chaud au coeur.

CAP
Arrivé à la transition je suis gelé, grelote. Je croise Bertrand qui est déjà là. Chapeau bas, une petite claque et il part déjà on a 5 mn d"écart. Transition difficile avec les doigts gourds.
Début de la CAP sous la pluie battante. Je recroise le fan club rillettes !! merci Mesdames!!! Je commence à 5mn au Kilo. les jambes vont bien, j'accélère progressivement. Je double pas mal de concurrents dont certain emmitouflés dans des couvertures de survie et qui courent tout de même! Je reprend Bertrand à la fin du premier tour, il à l'air dans le dur. Le parcours monte et descend ce n'est pas évident. Il faut éviter aussi de glisser.
Dernier tour arrive, pas d'autres Rillettes en vue, mais où sont elles ? Le fan club n'est plus là je me dis que CriCri et gregos sont déjà arrivé.

Ca y est finish line en 1h39, je suis content.
Surprise pas de rillettes .... mince alors où sont elles .... la suite dans les CR des autres.
J'appelle Cécile mon accompagnatrice de 15 ans, qui me dit qu'elle n'est plus avec les autres familles de Rillettes. Je ne m'attarde pas du fait...

Conclusion course à refaire pour l'ambiance la CAP. Et prochaine fois si la météo s'annonce catastrophique, je reste au lit!

_________________
2017, Embrun, What else?


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 15 Mai 2018 13:18 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mardi 28 Janvier 2014 16:45
Messages: 282
Même congelée la "Rilliette" a du cran!!! Bravo pour votre courage les gars :12sur10:

_________________
Embrun 1997: on s'était dit RDV dans 20 ans...


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 15 Mai 2018 22:34 
Hors ligne
Triposteur habitué
Triposteur habitué

Enregistré le: Jeudi 29 Octobre 2015 23:25
Messages: 65
Une sacrée édition... Bravo à vous.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 15 Mai 2018 23:36 
Hors ligne
Triposteur Km 2
Triposteur Km 2

Enregistré le: Dimanche 06 Juin 2010 17:50
Messages: 2421
Bravo :bigups:
Ca a été une belle première bien arrosée :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mercredi 16 Mai 2018 21:14 
Hors ligne
Triposteur professionnel
Triposteur professionnel
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Samedi 11 Juin 2011 18:17
Messages: 895
Localisation: Montanay
Allons-y pour un p'tit CR. De telles conditions méritent qu'on s'y attarde un peu !

Après 3 jours passés à découvrir Aix et à consulter de façon compulsive les sites météos en en cherchant un qui soit un minimum optimiste, arrive enfin le jour de la course.

Levé 4h45. Déjeuner dans la salle de bains pour ne pas réveiller la famille et je rejoins mes compères cricri et ADE pour prendre le bus.
Après s'être apprêté de nos belles combis, avec Cri-Cri on se place dans le SAS 41-42’. On papote et quand arrive enfin notre tour, et bien il n’y a plus personne derrière. En fait on s’est fait passer comme des cons par l’extérieur et du coup on part en dernières positions. Ceci n’aura que peu d’effet sur la partie natatoire, où je n’ai jamais autant doublé, mais du coup on va prendre l’orage beaucoup trop tôt sur le parcours bike.

Bon revenons à la NAT : super sensations, et ravis au final de mon temps : 39’ et une très bonne orientation, pas de mètres inutiles.
Mais ce fut drôle, je doublais des brasseurs, des mecs qui nageaient sur le dos, à qui j’avais bien envie de mettre un taquet, il faut bien l’avouer.

T1 8’. Je m’habille bien, et je file.

Les 45 premiers km se passent idéalement : je suis dans les zones de puissance, je ne me base que sur le profil de W scotché sur mon cadre.
Je suis bien parti pour rentrer en 3h comme prévu. Puis patatras, le ciel s’ouvre sur nous avec le vent , la grêle , les torrents de boues à traverser (Riens), le froid (un gars qui a la température sur son compteur me dit : il fait 3,8 °C !!). Je me concentre pour me dire que ça va passer, mais ça craque de plus belle. Tout le monde est à l’arrêt, j’ai l’impression que la course est suspendue, que tout le monde ne pense qu’à une chose : rentrer.

Dans la descente, je roule à 10 km/h. Je suis gelé, je grelote, je n’ai plus de freins. J’essaye de réconforter une nana qui pleure, limite crise de nerfs tellement elle a froid.

Enfin, dernière montée, dernière descente, qu’une fixation : arriver à T2 et abandonner. Je passe devant mes proches, leur dit que j’arrête. Arrivé à T2, je pose mon vélo, prends mon sac et gamberge pendant 15’ en essayant de me réchauffer et d’arrêter de trembler. Allez, je pars pour la CAP, pensant plus à ne pas décevoir mes enfants qu’autre chose. Il me faudra bien quasiment un tour pour retrouver des sensations aux pieds. Les jambes, elles, vont bien.

Je poursuis à mon petit train et passe enfin la ligne, sans émotion, soulagé que ça se finisse et que l’heure de la douche chaude approche.

Donc, et bien donc je suis déçu que les bonnes sensations et bonnes jambes ne m’aient pas permis de valider un chrono honorable. Je suis content malgré d’être allé au bout, pour le chrono, on repassera.

Bravo à tous les concurrents, aux bénévoles. Il fallait être costauds pour affronter les éléments. Carton jaune pour l'organisation, légère à mon avis vues les prévisions qui étaient claires nettes et précises et qui se sont vérifiées à la lettre le dimanche. Aucune précaution n'a été prise et aucun plan de secours n'a été prévu pour venir en aides aux naufragés de la route.

Néanmoins, IMPA70.3 fait d'ores et déjà parti de mon planning 2019. Avec de bonnes conditions, ou juste des conditions "normales", il y a de quoi s'éclater et se faire bien plaisir !

_________________
Challenge Vichy 2013
IM Francfort 2014
IM Nice 2015
Challenge Roth 2016
Embrunman 2017
IM Nice 2018


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mercredi 16 Mai 2018 22:35 
C'était du super Gregos... Pour se relancer pour la CAP comme ça... 1400 classés sur les 2400, un sévère écrémage :roll:


Haut
  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Jeudi 17 Mai 2018 8:17 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé

Enregistré le: Samedi 12 Janvier 2013 14:15
Messages: 238
Vos perfs sont en ligne avec un lien aussi vers le pdf du classement general (re-carton jaune pour l'organisaton avec un format de resultats qui n'est pas facile a importer:-))


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Jeudi 17 Mai 2018 9:24 
Hors ligne
Triposteur Km 1
Triposteur Km 1
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Novembre 2008 17:54
Messages: 1944
Pas de trace du CriCri ... vous êtes sûr qu'il n'a pas été emporté dans les égouts d'Aix ? :gratte:

_________________
2016 : j'ai perdu à la courte paille :mrgreen:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Jeudi 17 Mai 2018 17:43 
Hors ligne
Triposteur Km 2
Triposteur Km 2
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mardi 02 Octobre 2007 19:52
Messages: 2955
Désolé pour la réaction tardive ... il fallait que je retrouve l'usage de mes doigts congelés pour taper le CR et ça a pris un peu de temps :mrgreen:

Je commence à en avoir fait quelques une des courses mais celle-là je dois reconnaître qu'elle tiendra à jamais une place particulière dans ma mémoire ... une boucherie façon nordique, une sorte de Northman par surprise qui demandait plus que des capacités d'adaptation, de véritables réflexes de survie :roll:

Bref, comme indiqué par GREGOS, la course s'annonçait plutôt belle à l'heure d'enfiler la combi ... on savait que la météo devait se gâter mais rien ne le confirmer au petit matin ... le ciel était gris mais rien de bien méchant. Fingers in the noise que je me dis, petite nat tranquille, gros vélo et cap en mode gestion ... le scénario était clair dans ma tête à ce moment là. La suite confirmera qu'il faut toujours rester humble face aux éléments :lookround:

On part donc avec GREGOS dans le sas des 41-42' mais au moment de la mise à l'eau on s'aperçoit que tout le monde nous a doublé par la gauche, du coup on se retrouve dans les derniers à partir, ce qui peut paraître anodin sur le coup mais aura de très lourdes conséquences par la suite car il y a une grosse différence entre se prendre une tempête en vélo ou en cap !

La nat se passe plutôt bien, je réussi quand même à m'égarer sur l'aller en tournant autour d'une bouée que je pensais être la dernière :mdr: mais une fois mon erreur corrigée je reviens sur ma trajectoire et finis ma nat en 43', un chrono pas terrible mais une partie effectuée sans fatigue et tout en crawl ce qui de mémoire ne m'était encore jamais arrivé :lol:

Je file à T1 pour récupérer mes affaires, hésite un peu sur la tenue à prendre mais comme le temps était gris mais sans plus, j'opte pour un maillot vélo et un petit coupe vent pensant que ça ferait l'affaire :?

Le parcours vélo est pile poil comme je les aime, vallonné mais tout de même roulant. Les premiers kms sont plutôt plats, je perds un peu de temps à bricoler mon compteur qui n'arrive pas à détecter mon capteur mais ça fini par s'arranger. Petit pépin physique, j'ai une douleur en bas du dos depuis que j'ai enfilé la combi qui m'empêche de me mettre sur les prolongateurs … la tuile. J'essaie de me concentrer sur mon effort mais la gêne perdure sur les premières bosses que je suis obligé de passer en danseuse. Cela ne m'empêche pas de tenir le rythme prévu, je reprends des wagons de concurrents à l'arrêt dans les bosses, les choses se passent plutôt bien. Au bout d'une heure environ la douleur au dos s'estompe et je peux enfin reprendre mes habitudes, sur les prolongateurs dans les parties plates et assis dans les bosses, tout se passe bien, les jambes sont bonnes et les kilomètres défilent.

Vers le km 50 la pluie commence doucement à s'intensifier, jusque là rien de grave, je reste concentrer et poursuit ma route mais en bas d'une partie sinueuse … changement radical d'ambiance, la pluie se transforme en grêle, un vent violent se lève et la température chute d'un coup de plusieurs degrés.

Je n'y vois plus rien à travers mes lunettes, la route est recouverte par des torrents d'eau et les concurrents commencent à paniquer, certains s'arrêtent hagards, d'autres poursuivent comme ils peuvent, les visages sont défaits et on sent qu'un truc bizarre est en train de se passer.

Je poursuis comme je peux jusqu'à l'ascension du col de Cengle mais le froid commence à me saisir de partout, je tremble sans plus pouvoir me contrôler, mes muscles sont totalement tétanisés et j'évite de peu une chute dans un virage. Je serre les dents et je poursuis en me disant qu'il ne me reste plus beaucoup de route à faire, que de toute façon il n'y a pas vraiment d'endroit où s'abriter et qu'il serait pire de s'arrêter en pleine cambrouse. Au km 70 je tremble tellement que je n'arrive même plus à contrôler mon guidon et à appuyer sur les pédales. Je suis obligé de m'arrêter. Je suis conscient que c'est la pire des conneries mais impossible de continuer… le corps dit stop !!!

Les bénévoles sont tout aussi désemparés et frigorifiés que les concurrents (certains ont d'ailleurs dû être évacués par les secours). Rien n'est prévu pour faire face à la situation, on voit des concurrents désemparés s'arrêter un peu partout à la recherche d'un abris … c'est la tempête et la panique qui l'accompagne !!!

La suite sera une première pour moi sur un triathlon (et j'espère une dernière), attente des secours, évacuation sur un centre provisoire puis rapatriement en bus sur le centre ville de AIX.

Les vélos arrivent après nous chargés dans des camions affrétés par l'organisation (ce qui me connaissent savent que pour laisser mon vélo embarqué dans ces conditions j'étais vraiment mal).

Autant dire que je suis particulièrement déçu, moi qui cherchait à me rassurer après ma déconvenue à EMBRUN ... c'est raté !!!

Reste une très belle course qui, réalisée dans des conditions normales, doit être un vrai régal. Je pense que moi aussi j'y retournerais.

Bravo à tous les finishers et particulièrement aux rilliettes qui ont surmontées les éléments déchaînés pour passer la ligne d'arrivée. Vous êtes des warriors … respect ! :12sur10:


Modifié en dernier par Cricri de bigorre le Samedi 19 Mai 2018 7:37, modifié 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Jeudi 17 Mai 2018 17:53 
Hors ligne
Triposteur Km 1
Triposteur Km 1
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Jeudi 01 Octobre 2009 11:19
Messages: 1641
Localisation: LYON 7
Bravo les gars c'est impressionnant. Il fallait vraiment être costaud mentalement pour aller au bout moi je crois que j'aurai choisi l'option Cricri mais bon on ne sait jamais une fois en course on est plus le même.
Pas tres vendeur ^pour l'année prochaine mais bon vous avez quand même l'air de dire que ça vaut le cou :lookround: :lookround:

_________________
2012 : LD Du Lac des Sapins (Echauffement réussi)
Embrunman (Mon cadeau pour mes 35 ans => FINISHER en 13H14, je me suis offert le gros lot)
Half par équipe de Paladru (Ca va envoyer du gros les Tabass Deluxe)


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Jeudi 17 Mai 2018 22:24 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé

Enregistré le: Lundi 14 Janvier 2013 22:15
Messages: 206
Bravo les rilliettes, un vrai temps de normand, l’année prochaine je m’inscris, juste quelques gouttes et ça arrête les sudistes :mdrire:
Il fallait un gros mental pour finir, cricri j’aurai fait comme toi, retour à l’ecurie, un grog calva et au lit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Vendredi 18 Mai 2018 6:35 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Jeudi 04 Mai 2017 20:30
Messages: 101
Vos CR donnent vraiment envie de faire du LD !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Samedi 19 Mai 2018 13:08 
Hors ligne
Triposteur habitué
Triposteur habitué

Enregistré le: Dimanche 20 Août 2017 11:37
Messages: 51
Localisation: GENAY
A mon tour de faire mon CR
C’est mon premier CR tout comme c’était mon premier 70.3. Donc, pour le premier, j’ai fait détaillé, je vous rassure, les suivants le seront moins :mdr:

C’était l’objectif de ma première saison de triathlon : faire un 70.3 et le terminer.
Je suis pas prêt de l’oublier : d’abord parce que je l’ai fini , ensuite parce que j’ai fait un chrono que j’imaginais même pas faire avec une météo « normale » mais surtout parce que je pense (et surtout j’espère :?: ) que je serai plus jamais confronté à des conditions météos dantesques comme celles-là…

Choix du 70.3 de Aix
Je cherchais une course avec un peu de dénivelé, avant le 15 Juin (vacances en famille fin Juin à l’étranger et je voulais pas polluer les vacances avec l’entraînement), et pas trop loin. Après avoir écouté les conseils de quelques rilliettes, je choisis Aix car mes critères sont respectés, il y aura des rilliettes au départ et je serai accueilli et hébergé par un couple d’amis triathlètes marseillais dont le mari fera aussi le 70.3 (facile pour lui, il a déjà fait un IM !)

Entraînement
Je reprends une recette qui m’a toujours réussi pour mes premières courses à pied (semi et marathon) : trouver un plan d’entraînement adapté et le suivre le plus possible à la lettre. Bon, avec 5 ou 6 entraînements par semaine, c’est plus compliqué pour moi mais quand je suis motivé…
Globalement, je l’ai plutôt bien respecté à quelques exceptions près : j’ai plutôt nagé aux entraînements du club que faits ceux du plan et j’ai dû gérer et alléger mon entraînement de CAP à cause d’une p… de périostite dès janvier :angry: .
Je partais de zéro en vélo l’été dernier et franchement c’est la discipline que je redoutais le plus. Ce qui m’a vraiment mis en confiance, c’est le STTR 2018 : super ambiance, nombreux conseils et gros volume encaissé pour moi sans trop d’encombres. Encore merci pour les conseils les rilliettes !!

Avant course
J’ai commencé à guetter la météo prévue 10 jours avant, et tous les jours : ben pas rassurant du tout quand c’est son premier et qu’il faut savoir comment s’habiller. Cà m’a bien stressé les derniers jours
Retrait du dossard le vendredi soir avant d’aller dormir chez les amis
Le samedi matin, préparation des sacs de transition : j’ai dû vérifier ma check-list au moins dix fois :-) . Et décider quelle tenue pour le vélo, pfffff pas facile vu la météo annoncée
Samedi après-midi : on dépose le sac T2 et on repère bien le parcours qu’il faudra faire en arrivant pour poser le vélo et récupérer son sac Run. Idem au parc à Vélo pour T1
il fait super beau, on nage dans le lac en reco quelques longueurs pendant que plein de gens se font bronzer (hallucinant si on imagine la météo du lendemain)
Samedi soir : Un plat de pâtes, une bière et un verre de vin (j’ai pas pu résister :lol: ) et au lit vers 22H30.
Impossible de m’endormir avant minuit, j’ai dû refaire 10 fois chaque transition dans ma tête et me faire des frayeurs en croyant avoir oublié ceci ou cela dans les sacs de transition

Le Jour J (enfin !!!)
Lever à 4H45 : la première chose que je fais, c’est un coup d’œil sur la météo prévue : pluie forte annoncée à partir de midi seulement, cà devrait le faire pour le vélo, oufff car je crains vachement pour les descentes (malheureusement çà s’est pas passé comme çà du tout mais alors pas du tout…)
Petit déjeuner tranquille et on part vers 5H30 avec mon pote, ma femme et mon fils (qui dort encore à moitié mdrrr)
On arrive tranquille à 6H15 , je cherche à voir les rilliettes dans le parc à vélo car j’ai repéré leurs numéros de dossard mais pas de chance, je les trouve pas
Un petit tour dans l’eau pour se mouiller plus que pour s’échauffer : j’ai hâte que çà commence
Entretemps j’ai perdu mon pote et donc je me retrouve tout seul dans les sas : pas de rilliette en vue encore
Il fait vachement doux. A ce moment, impossible d’imaginer l’enfer qui m’attend sur le vélo…
Je me mets dans le sas 38 mn et j’attends mon tour. Après 10mn, j’en ai marre, c’est trop long, j’ai qu’une envie : partir en découdre
Je double sur la gauche et prends le départ avec la fin du sas 36mn

C’est parti enfin !! :onfire:

Natation
Je découvre le rolling start : c’est génial par rapport à la machine à laver de saint pierre d’Albigny, ma seule référence il est vrai
Je trouve rapidement mon rythme et j’ai décidé de serrer à droite : mauvais choix en fait car j’arrive pas à nager droit et je me retrouve sans cesse de l’autre côté des bouées sans m’en rendre compte (car je respire tous les 2 temps à droite). Cà durera toute la première ligne droite.
Pas d’embouteillage à la bouée du virage, quel bonheur !!!
Après le deuxième virage, je décide de me décaler des bouées. Mais pourquoi je l’ai pas fait avant, quel con… :gratte: Je nage beaucoup plus droit car je peux corriger au fur et à mesure
Je nage beaucoup mieux sur cette deuxième partie
A la sortie de l’eau, 36mn. Content de mon chrono car pas trop mal géré mes efforts.

T1
Il faut courir 400 m pour arriver aux sacs de transition. Au moins on a le temps d’enlever sa combi.
Et là, le casse tête : comment je m’habille ? J’ai choisi d’avoir maillot vélo manches courtes, manchons pour les bras et coupe vent.
J’ai pas froid alors je roule le tout et mets çà dans mes poches de trifonction : je pars comme çà, on verra bien
Je trouve vite mon vélo grâce au repérage de la veille et je pars.

Vélo
Une barre énergétique et c’est parti
Les premiers kms roulent bien et j’ai pas froid (pas encore…) : il pleut pas encore
Première bosse : je monte au train. Je me fais doubler mais j’en double aussi lol. Au sommet, je suis plutôt content de ma montée
Je boucle la première heure à une moyenne d’environ 28km/h en ayant géré : je commence à me dire que mon pote avait raison en disant que je bouclerais le vélo en 3h et pas en 4h comme je le vise.
Je croise des premières crevaisons : je croise les doigts car c’est ce que je redoute le plus sur le vélo : pas pouvoir finir à cause d’une crevaison ou incident méca
J’aurais mieux fait de redouter la météo plutôt :lol:
Il commence à pleuvoir légèrement : je m’arrête pour mettre mon coupe vent, je décide de pas mettre les manchons ni le maillot vélo.
Et là, l’enfer commence à peine reparti… KM41 , il en reste 47…
C’est le déluge en à peine deux minutes
Un vent avec des bourrasques énormes, un déluge de pluie (une bonne drache comme on dit dans mon Nord natal sauf que celle-là elle va durer 2 heures !!!).
En 5 minutes, je suis trempé comme si je sortais de la piscine.
J’ai peut être pas compris la transition T1, il fallait peut être garder la combinaison néoprène pour le vélo :mdr:
Cà ne s’arrête pas, c’est terrible : j’ai l’impression que mes chaussures sont remplies d’eau tellement j’ai les pieds trempés
Je lutte contre les bourrasques de vent de face, de côté. Les mecs avec leur vélo de chrono et roue pleine se cramponnent à leur cintre pour pas dégager sur le côté tellement les bourrasques sont fortes.
Je me force à boire régulièrement même si j’ai pas du tout soif avec toute cette eau qui me tombe dessus.
Puis la grêle alors que j’ai le vent de face : j’en prends plein la gueule et çà claque sur le visage. J’aperçois au loin des coureurs qui se sont regroupés en peloton, j’appuie pour essayer de les rattraper et me protéger un peu. J’aurais beau essayer, j’y arriverais pas et resterai tout seul.
La température a dégringolé : je commence à avoir froid aux jambes et surtout je sens plus mes doigts
Des coureurs se sont arrêtés pour se protéger. J’en double qui sont transis de froid. Je positive, j’en suis pas à ce stade
On approche du col de cengle, je me dis que çà sera peut être dégagé de l’autre côté pour me rassurer. Ben çà n’arrivera pas… :cry:
La montée se fait dans les mêmes conditions avec la brume en plus et une eau qui ruisselle en continu sur toute la route : j’ai l’impression de monter à contre courant
La gestion des conditions météo prend le dessus sur la gestion technique de la montée mais au final, je gère plutôt pas mal la montée (merci le STTR en Ardèche et les Monts d’Or)
Arrivé en haut, je me dis que le plus dur est passé, plus que 18kms. Eh ben non :evil:
Je suis gelé, je commence à grelotter et il pleut toujours autant.
La descente est un calvaire : les mains en permanence sur les freins pour pas prendre de vitesse car la route est ruisselante, les bras qui tremblent et les doigts gelés
De nombreux coureurs sont arrêtés sur le bord de la route avec des couvertures de survie sur les épaules, l y a des camions de pompiers tous les deux virages ou presque
Dans la descente je verrai 3 chutes de coureur, heureusement sans gravité.
A ce moment là, je ne pense qu’à une chose : ne pas tomber et rentrer à la transition pour me réchauffer
Une dernière petite montée avant d’arriver sur Aix en Provence et je vois le bout
Je finis en 3h25 : inespéré pour moi, çà me file un coup de boost au moral

T2
Content de poser le vélo, j’ai hâte de courir pour me réchauffer car je suis gelé.
Je dois faire presque 200m avec les chaussures de vélo gorgées d’eau au pied et je manque presque de me casser la gueule car ca glisse
Je prends mon temps à la transition histoire de me réchauffer. Même là, c’est compliqué car il faut protéger ses affaires de la pluie qui continue à tomber. Et j’ai les doigts gelés, purée…
Quelqu’un me tape sur l’épaule : c’est ADE, enfin une rilliette, chouette
Autour de moi des gens qui sont congelés, qui tremblent de froid, avec la couverture de survie : j’aurais jamais cru voir çà dans un triathlon
Je suis prêt à partir et hésite à prendre une couverture de survie. Finalement, j’en prends une à la main au cas où (je la jetterai au bout d’un km tellement le bruit que çà fait me gonfle) et pars avec le tee-shirt des 30ans de rilliette sur le dos.

CAP
Dès la sortie de T1, ma cop’s de marseille m’encourage « Allez, c’est la fin Bertrand ». Je me dis qu’elle a raison, le plus dur est passé même si il reste 20kms à courir.
A la base je vise 5mn20 au km. Mais là, je me dis que si je finis en 5mn40 je serai content.
Pas trop mal aux jambes, je me réchauffe un peu mais c’est pas encore çà. Et je suis sur un bon rythme.
Cà fait bizarre de voir des gens courir emmitouflés dans une couverture de survie : surréaliste
Mais d’un coup, au KM2 environ, grosse douleur au tibia : p… de périostite qui se réveille. Là, je suis inquiet de pas pouvoir finir. Je ralentis. La douleur s’estompe au bout de 2mn. Je croiserai les doigts toute la course pour que çà revienne pas .
En bas d’une rue, de gros encouragements : c’est le fan club des rilliettes, super, merci, çà fait du bien et je me dis qu’ils sont super courageux aussi car ils doivent être gelés aussi
Le parcours a de nombreuses bosses et çà j’aime pas. Là, je réalise que je vais un peu payer mon entraînement allégé forcé en CAP.
C’est super boueux dans le parc, gare aux glissades
Je suis dans le dur dans toutes les montées alors je gère.
ADE me double dans une montée à la fin du 1 er tour et m’encourage
Je boucle le premier tour, j’ai moins froid mais je sens que les montées me font mal aux jambes donc je vais gérer le rythme tout le long pour être sûr d’éviter les crampes.
Le deuxième tour se passe pas trop mal et me rassure : je vais finir, c’est sûr.
Cà me booste le moral et je pense même à essayer d’accélérer mais les jambes dans les montées me rappellent à l’ordre. Restons calme :lol:
J’attaque le troisième tour : mon fiston m’encourage en courant à côté de moi
Cà aide de connaître le parcours car j’ai mes repères.
De nouveau les gros encouragements du fan club des rilliettes : quel enthousiasme!!
Après avoir passé la moitié du dernier tour, je commence à me relâcher et réaliser que je vais réussir mon objectif: finir un 70.3
Je profite des 3 derniers kms, je crois même que je souris (en tout cas intérieurement, c’est sûr)
Je croise Gregos dans le dernier km qui m’interpelle
Je passe la dernière montée, le virage en haut et çà ne fait que descendre ou presque maintenant.
Ma foulée se relâche comme mon esprit, je savoure vraiment les dernières centaines de mètres (les mêmes sensations que le dernier km de mon premier marathon, je me rappelle)
Je pense même à enlever mon tee shirt pour finir en trifonction : la classe :mdr:


Finisher !
Ma femme et mon fiston sont là
6h19 : inespéré pour moi et encore plus vu les conditions
Super content :onfire:

J’attends mon pote qui est parti après moi en natation et qui devrait pas tarder selon ma femme : il arrive 15mn après en 6h18

Petite photo souvenir
Dommage qu’on ne puisse pas s’éterniser vu les conditions météo, on a trop froid
On récupère nos sacs et vélo et on célébrera çà à l’appart

Je réalise seulement le lendemain les conditions dantesques de la course en voyant le nombre d’abandons.
Il faut reconnaître que j’avais un avantage par rapport à nombre de concurrents : c’était mon premier et je n’avais qu’une chose en tête : le finir. Si c’était un 70.3 parmi tant d’autres, peut être que je l’aurai pas fini, va savoir

En tout cas, çà restera un super souvenir (et c’est pour çà que j’ai fait un CR aussi détaillé, pour pouvoir me remémorer les détails à mes vieux jours :-) )

Vivement le prochain 70.3 de Gérardmer avec plein de rilliettes


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mercredi 13 Juin 2018 19:41 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Jeudi 04 Mai 2017 20:30
Messages: 101
Jalabert a fait cette course également et il laisse un CR assez sympa sur le mode "plus c'est dur sur le vélo et plus je suis avantagé.... " il a été servi :mdrire: CQFD 1er de son groupe d'age :biggrin:
:arrow: à lire en page 20 de http://www.trimax-mag.com/Mag/PDF/Trimax_magazine_175.pdf


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Vendredi 22 Juin 2018 3:19 
Hors ligne
Triposteur habitué
Triposteur habitué

Enregistré le: Dimanche 20 Août 2017 11:37
Messages: 51
Localisation: GENAY
Les chutes du niagara, c'est comme le 70.3 d'Aix en Provence cette année :mdrire:

Ils ont juste remplacé les couvertures de survie par des ponchos :mdr:


Fichiers joints:
Chutes du Niagara.png
Chutes du Niagara.png [ 815.9 Kio | Vu 413 fois ]
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Jeudi 28 Juin 2018 14:40 
Hors ligne
Triposteur confirmé
Triposteur confirmé
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Jeudi 04 Mai 2017 20:30
Messages: 101
Sur l'équipe 21 en replay NOW! J'ai vu de la rilliette!


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 14 invités


Vous pouvez poster de nouveaux sujets
Vous pouvez répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous pouvez joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com